Pacific Grand Prix de l’Europe aux USA

Keith Wiggins, ancien mécanicien, fonde en 1984 l’écurie Pacific Grand Prix qui remporte dès sa première saison le championnat européen de Formule Ford. Les années suivantes Pacific Grand Prix remporte les championnats Formule Ford 1600 Britannique en 1985 et Formule Ford 2000 series en 1986 avec Bertrand Gachot. Pacific Grand Prix récidive avec JJ Letho en 1987.

En 1988 l’écurie passe en F3 britannique et ce classe vice-championne. Dès la saison suivante Keith Wiggins engage son écurie en F3000 avec Eddie Irvine et JJ Letho. Mais le succès n’arriva pas aussi vite que dans les séries précédentes. En 1990 Pacific perd le soutiens de Marlboro, Keith Wiggins doit avoir recours à des pilotes payant tel que le canadien Stephane Proulx. Après une année 1990 difficile, Keith Wiggins engage Christian Fittipaldi et Antonio Tamburini pour la saison 1991, à eux deux ils vont décrocher trois victoires et Fittipaldi remporte de titre de champion. Le succès de la saison 91 ne ce répètera pas en 1992 malgré la combativité de ses deux pilotes, Laurent Aiello et Gène de Jordi. La saison 1993 avec David Coulthard et Michael Bartels vera Pacific et David Coulthard échouer de peu pour le titre et terminer la saison 93 vice-champion.

En route pour la Formule 1 en 1994

Keith Wiggins pensait déjà à la saison 1994, la Formule 1. Paul Belmondo et Bertrand Gachot seront engagé pour conduire les Pacific PR01 à moteur Ilmor. La première saison de F1 sera une véritable descente aux enfers, 25 non-qualification et 7 abandons. Bertrand Gachot s’investit personnellement dans l’écurie en prenant une participation dans le capital. Paul Belmondo échoue à 14 reprises dans l’exercice des qualifications, quand à Bertrand Gachot 11 fois. C’est Gachot qui signe le meilleur résultat d’une Pacific en qualification lors de cette saison 94 en signant un 23e temps à Monaco. Sur les cinq Grand Prix ou au moins une Pacific est qualifiée, aucune ne verra le drapeau à damier, souvent à cause du V10 Ilmor. Le Châssis PR01, pourtant conçu en partenariat avec Reynard, n’était pas non plus au niveau des standards de la F1 de l’époque.

La seconde saison en F1 s’annonce mieu, Pacific Grand Prix c’est associé à l’écurie de F1 Lotus sous le nom de Pacific Team Lotus, avec la départ de quelques écuries, finis le cauchemar des non qualification. La PR02 est mieux né et le V8 Ford plus performant et surtout plus fiable que le V10 Ilmor. Hélas aucun point de marqué en 1995.

Pour sa seconde saison en Formule 1, Pacific sait qu’elle n’aura pas à franchir la barre des qualifications. La mythique équipe Team Lotus, devenu que l’ombre d’elle même depuis la fin des années 80 se contentera d’un vague partenariat avec Pacific sous le nom de Pacific Team Lotus, et l’équipe française Larrousse a déclarée forfait quelques semaines avant le début de la saison, puis déposera le bilan. Une équipe forfait, plus une seconde qui choisis de s’associer à Pacific, quatre voitures de moins à battre en qualifications et un budget un peu plus gros avec l’apport de David Hunt nouveau patron du Team Lotus. Bertrand Gachot est toujours de l’aventure comme actionnaire et pilote, mais il laissera régulièrement son volant a des pilotes apportant du budget supplémentaire. L’équipe britannique signe également un contrat de sponsoring avec la Japanese Tokyu Co. La nouvelle Pacific PR02 est conçue par Franck Coppuck et a troqué son V10 Ilmor pour un V8 Ford Cosworth, assurance de fiabilité mais moins puissant.

Pour cette deuxième saison dans le grand bain du sport automobile, Pacific aura une nouvelle fois à partir d’une fiabilité totalement absente. Le moteur n’est pas en cause, le châssis mieux né, mais la boite de vitesse semi-automatique développée par Xtrac sera responsable de 12 abandons. L’équipe devra se contenter d’une 20e place en qualification comme meilleurs résultat et d’une 8e place en course, résultat d’une belle course de Bertrand Gachot en Australie et aux nombreux abandons.

Retour en F 3000, tentative de succès en Endurance

Deux saisons, aucun point de marqué, le pire résultat dans la vie d’une écurie habitué à briller en formules de promotions. Keith Wiggins, devant des résultats sportif décevant et une situation financière difficile jette l’éponge et retourne en F3000 pour la saison 1996. Il fait courir Patrick Lemarié et Cristiano Da Matta en 1996, puis Marc Gené et Olivier Tichy en 1997 mais là encore les résultats ne suivent plus, malgré deux podiums en 97 et la situation financière est périlleuse. Néanmoins, l’ancien mécanicien devenu patron de sa propre écurie, ne s’avoue pas vaincu. Pendant l’année 1997, Pacific Grand Prix tente de faire revenir l’ancienne marque BRM en sport automobile. Après avoir racheté une BRM P301, l’équipe la prépare et l’engage pour les 2H de Donington en juillet 1997. La BRM-Pacific P301 à moteur Nissan pilotée par le trios Franz Konrad-Richard Dean-Wido Rössler, ne prendra pas le départ de la course suite à des soucis mécanique lors des essais. Keith Wiggins, après une saison très moyenne en F3000, une tentative raté en endurance et des finances dans le rouge décide de baisser le rideau, l’écurie Pacific a vécu.

Départ pour les USA, nouvelle vie, nouveau nom, HVM Racing

Keith Wiggins part chez Lola Car au États-Unis ou il en devient vice-président. En 2000 il deviendra co-propriétaire de l’écurie Bettenhausen Motorsports qui prendra ensuite le nom d’Herdez Compéticion, avant d’être renommé HVM. Engagé en champcar world series, l’écurie coure avec des châssis Lola. Les changements de noms se font au gré de l’arrivée de nouveau actionnaire ou partenaire. Wiggins est au commande, sa nouvelle écurie retrouve le chemin des podiums et de la victoire comme à Surfer’s Paradise en 2002 avec Mario Domminguez au volant. HVM prendra ensuite le nom de CTE Racing HVM en 2005 avec l’arrivée de Cédric « The Entertainer » dans le capital de l’équipe. CTE Racing HVM sous la direction de Keiths Wiggins a remporté 4 victoires, 2 pole positions, et 15 podiums.

En 2007, après le rachat de CTE Racing HVM par Paul Stoddart, Keith Wiggins restera un des dirigeant de la nouvelle structure, Minardi Team USA (1 victoire à Mont Tremblant avec Robert Doornboss). Suite à la réunification du ChampCar et de l’IRL pour fonder l’Indycar actuelle, fin 2007, Paul Stoddart revend ses parts à Wiggins. HVM Racing s’engagera en Indycar World Series dès 2008. Le team participera à l’ensemble des courses du championnat américain jusqu’à la fin de la saison 2012, l’équipe ne remporte plus une seul victoire ni un seul podium. Les difficultés financière s’accumule. Wiggins décide de devenir une équipe satellite d’Andretti Austosport pour les 500 miles d’Indianapolis 2013 et 2014, plus quelques autres courses. Début 2015, Keith Wiggins met son équipe en sommeil.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s