Mercedes et Porsche en Formule E, retrait du DTM pour l’une, fin du programme LMP1 pour l’autre

Après le retrait fin 2016 d’Audi du WEC, c’est Porsche qui annonce qu’il quitte la catégorie LMP1 pour rejoindre Audi en Formule E. La monoplace 100 % électrique attire les constructeurs les uns après les autres, Renault, Jaguar, BMW, Audi, Porsche et Mercedes qui a annoncé de son côté son retrait du DTM. La marque aux anneaux envisagerait de faire la même chose.

Pour beaucoup, la catégorie LMP1 en endurance et la série DTM sont sur la fin avec le retrait de constructeurs phare et s’ils se trompaient ? Chez Autosport Network, nous faisons une analyse un peu inverse.

Pour la catégorie LMP1 dire qu’il ne reste « que Toyota », c’est déjà faire insulte à l’équipe ByKolles Racing qui fabrique seule son châssis. Le constructeur italien Ginetta a annoncé son arrivée en LMP1 pour 2018 avec la construction de dizaines de voitures. L’équipe Manor Motorsport, actuellement en LMP2, envisage sérieusement de passer dans la catégorie au-dessus et plusieurs équipes sont intéressées par le châssis Ginetta. Il est vrai que Toyota risque de faire la course seul devant avec son moteur hybride face à des concurrents privés, mais nous ne sommes pas à l’abri de surprise dans la saison et particulièrement aux 24H du Mans. Puis, si la catégorie LMP1 venait à s’éteindre de sa belle mort cela ferait la part belle aux LMP2 et aux GT. En GT, Porsche, Ferrari, Aston Martin, Chevrolet, Ford et BMW sont engagés avec des équipes usines.

Pour le DTM, le retrait de l’équipe usine Mercedes et peut-être d’Audi ne signe pas forcement la fin de la série et de son attractivité. Gerhard Berger serait déjà à la manœuvre pour faire venir Alfa Roméo. La marque italienne cherche à faire un retour officiel en compétition, le DTM pourrait être une bonne série. Il reste au patron de la série la fin 2017 et une partie de la saison 2018 pour convaincre le constructeur transalpin de sauter le pas et de sauver la série. Le retrait de Mercedes et le possible retrait d’Audi, au moins de l’équipe usine, en 2018 pourraient également attirer des constructeurs qui cherchent un terrain de jeu. Pourquoi pas un retour d’Opel ou même l’arrivée de Volvo ou Lada.

Coup dur pour le DTM ? Arrivée de nouveaux constructeurs ?

Mais le risque d’une perte d’intérêt du public pour le DTM et la quasi-disparition de la série n’est pas inenvisageable non plus, nous avons eu le cas par le passé avec la Formule 3000 Italienne devenu Auto GP aujourd’hui simple préparateur face à la concurrence de la GP2, devenu F2 cette année. Plus récemment, la Formule Renault 3.5 devenue Formula V8 3.5 suite au retrait de Renault de la série. Résultat, une compétition en perte de vitesse avec le départ de nombreuses équipes. Souhaitons l’arrivée d’Alfa Roméo, d’Opel et d’autres pour le DTM et que l’arrivée de Ginetta redynamise grâce aux équipes privées la catégorie LMP1 en WEC.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s