Forti Corse

Fondée en 1978 par Guido Forti, elle a permis à bon nombre de pilotes italiens de faire leurs débuts en Formule 3 Italie puis en Formule 3000 international. Gianni Morbidelli et Forti remportent le championnat d’Italie de Formule 3, puis quatre victoires en F3000. Après 51 victoires en F3, 4 titres de champion d’Italie et 5 victoires en F3000, Guido Forti se lance dans le grand bain de la Formule 1. « De la F3000 en un peu plus chère ! »

Avec un budget limité pour la F1, Forti décide d’engager Pedro Diniz qui était déjà chez Forti depuis deux saisons en F3000. Diniz apporte avec lui le soutien de nombreuses sociétés brésilienne comme Arisco ou Unibanco. L’argent de Diniz est le principal financement de l’écurie. Roberto Moreno est engagé pour conduire la seconde Forti sur demande de Diniz. La FG01-95 est une Fondmetal GR02 mise en conformité avec le règlement 95, Sergio Rinland directeur technique de Forti était le concepteur, via sa société Astauto, de la GR02. Elle est propulsée par un V8 Ford ED, fiable, peu chère et éprouvé, idéale pour les petites équipes. En revanche, le manque de puissance du V8 ED est criant.

Pour le premier GP à domicile pour ses pilotes, cela débute plutôt bien, Diniz termine la course en 10e position, le seul bémol, à 7 tours du vainqueur Schumacher. Lors de la course suivante en Argentine, les deux pilotes terminent non-classés. Le reste de la saison sera une succession d’abandons, 17 au totale, et quelques belles prestations comme la 9e place de Diniz en Italie, la 7e place de Diniz en Australie pour le dernier Grand Prix de la saison. Aucun point marqué, mais l’équipe a prouvé par son courage qu’elle vise les points en 96.

En 96, Parmalar Forti Corse devient Forti Corse, l’équipe a perdu ses soutiens Brésiliens, Diniz étant partis chez Ligier, les commanditaires avec lui. Guido Forti doit à tout prix trouver un budget pour la saison. Faute de moyen la FG01-95 de la saison précédente est mise au goût du jour pour donner la FG01-95B propulsée cette fois par un V8 Ford EC en lieu et place du Ford ED. Guido Forti qui cherche des soutiens, laisse les commandes de l’équipe à Stirano qui sera remplacé par Cesare Fiorio qui sera lui-même remplacé par George Ryton après l’Espagne. Coté pilote l’écurie a engagé Andrea Montermini et Franck Lagorce. Franck Lagorce se verra relégué au poste de pilote d’essai, réduit comme peau de chagrin faute de budget, il est remplacé par Luca Badoer comme second titulaire.

La saison commence par une non-qualification des deux voitures en Australie. Puis deux abandons et deux places bon dernier lors du Grand Prix suivant. Au Grand Prix d’Europe, les deux voitures sont une nouvelle fois non qualifiées. Guido Forti décide donc de remplacer la FG01-95B par la toute nouvelle FG03-96, grosse erreur pour une modeste écurie. La construction de cette nouvelle voiture a pompé les derniers deniers qui restaient dans les caisses de l’écurie. De plus, la nouvelle voiture n’est pas du tout à la hauteur des espérances. Quatre non-qualifications, cinq abandons. Les finances sont dans le rouge, en Angleterre les voitures ne peuvent pas rouler plus de quelques tours faute de moteur ceux-ci n’ayant pas été payés. En Allemagne, les voitures sont assemblées dans le garage, mais ne rouleront pas faute de V8 Ford et en Hongrie l’équipe déclare forfait avant le début du week-end. Guido Forti ne voyant plus de sortie de crise possible, malgré l’épisode Shannon qui s’est soldé par un échec, jette l’éponge et ferme son écurie. Guido Forti a continué de travailler ou de graviter autour du sport automobile jusqu’à sa mort en 2013.

Publicités
Ce contenu a été publié dans Sport Auto, Voiture par Camille Oger, et marqué avec , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Camille Oger

Fan de F1 depuis ma plus tendre enfance, je découvre la Scuderia Minardi en 1997, une rencontre qui se transforme en histoire d'amour. De cet amour naît le site les minardistes portail francophone officiel Minardi en 2004. Blogueur à mes heures perdues, pilote karting, et auteur du livre Formula Uno, dans l'ombre de Ferrari.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s