British American Racing

Avant l’écurie Mercedes-AMG actuelle il y a eu Brawn Grand Prix championne du monde dès sa première saison en 2009 sur les cendres de Honda Racing F1 Team vainqueur en GP. Avant le rachat par les Japonais, il y eu le projet de Jacques Villeneuve, champion du monde de F1 1997, de son manager Craig Pollock et d’Adrian Reynard aérodynamicien, le tout soutenu par le cigaretier American Tobacco.

Le 2 décembre 1997, l’équipe Tyrrell annonça son rachat par Craig Pollock, Adrian Reynard et British American Tobacco pour leur projet British American Racing pour une somme d’environ 30£/40£ millions, ce rachat signifiant la mort du projet de soufflerie annoncé plutôt dans l’année. Continuant sous le nom de Tyrrell en 1998, l’équipe continua à être transporté par European Aviation. BAR n’ayant acheté l’écurie que pour sa licence de compétition.

La nouvelle équipe dirigeante compte bien tirer un trait sur Tyrrell Racing. 1998 ultime saison de l’écurie Tyrrell. Pendant que Tyrrell fait ses adieux à la F1 en 98, les nouveaux dirigeants mettent en chantier une toute nouvelle usine, à Brackley, pour leur écurie British American Racing appelée à remplacer Tyrrell en 1999. Craig Pollock qui dirige Tyrrell pour sa dernière saison prendra ensuite la direction de B.A.R., Adrian Reynard la direction technique, Jacques Villeneuve sera le pilote n°1 et British American Tobacco le commanditaire principal.

Pour débuter en 99, B.A.R. Signe un contrat avec la société Supertec qui commercialise les anciens V10 Renault champion du monde en 97. Le Supertec est fiable, mais à le désavantage d’être payant. Pour épauler Jacques Villeneuve, Craig Pollock fait appel à Ricardo Zonta jeune débutant brésilien. L’objectif de cette première saison, la victoire ! Loin d’être une voiture ratée, la BAR PR01 souffre d’un manque cruel de fiabilité. L’écurie loin de son objectif, termine dernière du championnat sans avoir marqué un seul point. Adrian Reynard est mis à l’écart de l’équipe.

Dès 1999 Craig Pollock cherchait une solution d’avenir pour son écurie, il se rapproche alors d’Honda qui cherche à faire son retour en F1. Il convainc la marque japonaise d’abandonner son idée de revenir en tant que constructeur pour s’associer comme motoriste à B.A.R.. Le mariage est annoncé en mai 99, pour la jeune écurie ça signifie qu’elle rejoint le clan des écuries soutenues par un grand constructeur et qui n’ont plus besoin de payer pour leur motorisation. La saison 2000 première année du partenariat BAR-Honda est prometteuse, Jacques Villeneuve termine 7e avec 17 points et ce malgré des problèmes de jeunesse du V10 Honda.

En 2001, la situation est plus délicate, malgré deux podiums de Jacques Villeneuve et les belles performances d’Olivier Panis, les résultats stagnent. Ce qui inquiète Pollock, c’est que son écurie est en compétition directe avec Jordan équipé depuis 2001 du même V10 Honda remplaçant l’ancien V10 Mugen-Honda. L’association avec Honda est en péril. Fin 2001 Craig Pollock paye à son tour les résultats moyens de l’équipe et est remplacé par David Richards.

British Amrican Racing aborde cependant 2002 avec le sourire, Honda a en effet annoncé que l’écurie retrouve l’exclusivité du V10 japonais. Les performances de l’écurie restent néanmoins moyennes.

En 2003, les résultats de l’équipe repartent à la hausse malgré un climat au sein de l’écurie délétère. Jacques Villeneuve est en conflit permanent avec David Richards. Ce dernier décide de remplacer le pilote québécois par Takuma Sato, protégé de Honda, la veille du dernier Grand Prix de la saison à Suzuka.

Il faut attendre la saison 2004 pour voir les résultats de l’écurie décoller. Une voiture bien née, un moteur puissant, bien servi par des pneus Michelin, Jenson Button enchaîne les podiums, il termine 3e du championnat pilote, l’écurie vice-championne. Une nouvelle révolution secouera encore l’équipe, cette fois-ci durant l’inter-saison. Honda rachète 45% de B.A.R. (les parts d’Adrian Reynard, Craig Pollock et Jacques Villeneuve notamment) et annonce l’éviction de David Richards au profit de son bras droit Nick Fry. La saison 2005 ne confirme pas la position de vice-championne de l’équipe. Un scandale de tricherie secoue même l’écurie en début de championnat suite à la découverte par les commissaires de la FIA d’un double réservoir d’essence permettant à l’équipe d’évoluer en dessous du poids minimum. L’écurie est disqualifiée du grand prix de Saint-Marin et suspendue pour les deux prochaines courses. En fin d’année, Honda prend le contrôle totale de l’équipe. À compter de la saison 2006 British American Racing est remplacée par Honda Racing F1 Team.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s