L’aventure d’un pétrolier en F1 : Elf

Elf_AquitaineElf est une compagnie pétrolière française fondée en 1966 part de le regroupement de divers pétroliers nationaux dans le giron de l’état. Rapidement, le gouvernement de la France et la direction d’Elf se tourne vers le sport automobile pour asseoir l’image publique de la marque.

Elf s’associe à Matra dès 1967 pour faire son entrée en F1, avec Jean-Pierre Beltoise et Johnny Servoz-Gavin comme pilote. La saison suivante Elf reste avec Matra Sports, mais devient le commanditaire n°1 de l’écurie Tyrrell qui aligne des Matra MS9 et 10 sous le nom de Matra International. Matra Sports utilise le bleu « France », alors que Matra International un bleu foncé qui deviendra la couleur « Elf » en sport automobile.

310px-Matra_MS120-02

Team Tyrrell, Matra Sports, Elf et Jackie Stewart

L’association Tyrrell-Elf-Matra-Stewart fonctionne tellement bien que le constructeur français décide de laisser son équipe usine à la maison pour 1969, tout est dirigé vers l’écurie anglaise. Jackie Stewart et Matra décrochent les titres pilote et constructeur en fin de saison. Le rayonnement pour Elf qui finance en grande partie l’écurie est maximum.

Elf aide Tyrrell à devenir constructeur

Pourtant, Ken Tyrrell et Jackie Stewart décident de ne pas continuer avec Matra pour l’exercice suivant. Matra Sports aligne donc de nouveau son équipe maison de son côté. Les Britanniques se tournent vers le compatriote de chez March Engineering pour la voiture, une March 701. L’équipe conserve le soutien d’Elf comme sponsor titre. Le pétrolier soutien également Matra, mais toute l’attention est portée sur l’équipe anglaise et le pilote écossais.

Elf-Tyrrell_003_71

Très vite, l’équipe et les pilotes voient que la March 701 ne sera pas une voiture pour réitérer la victoire au championnat. Ken Tyrrell prend la décision de devenir constructeur de Formule 1, la Tyrrell 001 apparaît en cours de saison. Cette voiture a été en grande partie financée par Elf. Aux côtés de Stewart, Elf place des pilotes tricolores, Johnny Servoz-Gavin et le prometteur François Cevert.

L’année 70 était une saison de transition pour l’alliance franco-anglaise. La nouvelle consécration pour Elf viendra dès la saison suivante. Ayant décidé de ne se concentrer que sur Tyrrell les Français financent le développement des Tyrrell 002 et 003. Jackie Stewart empoche une nouvelle fois le titre pilote, Tyrrell un titre constructeur, François Cevert sa première victoire. Elf triomphe une nouvelle fois.

L’engouement pour l’aventure Bleu-Elf en F1 est tel que l’entreprise créé le « volant Elf » en 1971 au sein de l’école de pilotage du Castellet. Le vainqueur se voyait financer par le pétrolier une saison complète en championnat de France de Formule Renault. Ce sont les débuts « semi-officiel » de la filière Elf.

En Formule 1, Elf Team Tyrrell reste une écurie de pointe et remporte de nombreuses victoire en 1972, 1973 et 1974. Tyrrell, Elf et le monde du sport automobile sont frappés de pleins fouet par un drame en 1973, le décès de François Cevert en qui Elf voyait le champion français de Formule 1 et Jackie Stewart son successeur.

Elf quitte Tyrrell pour Renault

Patrick Depailler, Jean-Pierre Jabouille ou encore Michel Leclère seront les pilotes Elf au sein de l’équipe après le départ tragique de Cevert. L’union entre Tyrrell et Elf durera jusqu’à la fin de la saison 1978, Renault ayant annoncé son arrivée à temps plein pour 1978 avec un moteur Turbo financé par Elf. Ce dernier devant, non sans émotion, quitter son partenaire de dix ans pour une nouvelle aventure.

Equipe Renault Elf

L’équipe Tyrrell ne se remettra jamais vraiment du départ d’Elf, le constructeur restera un temps aux avant-poste, puis sombrera dans l’oublie malgré quelques coups d’éclat à la fin des années 80 début 90. Tyrrell écumera ensuite le fond de grille avant son rachat par British American Tobacco et Craig Pollock qui créeront B.A.R..

L’aventure Renault-Elf débute. Jusqu’en 1985, date du départ de Renault en tant que constructeur, l’écurie portera le nom d’Équipe Renault Elf. Le bleu foncé est remplacé par le jaune Renault, mais les fans ne se trompent pas ils restent derrière « leur » équipe. Jean-Pierre Jabouille est toujours de la partie, rejoint par René Arnoux et Alain Prost vainqueur en 1975 du « volant Elf ». L’ Équipe Renault Elf récoltera 15 victoire et sera vice-championne en 1983, mais surtout les deux marques françaises auront révolutionner la F1 en imposant le moteur turbo-compressé dans les années 80.

Suite au retrait de Renault à la fin de la saison 1985, Elf se concentre sur la Formule 3000 et la détection des jeunes pilotes. La marque revient en même temps que Renault en 1989 comme sponsor et partenaire de l’écurie Williams-Renault. La troisième aventure d’Elf en F1 est marquée par onze titres de champions entre 1992 et 1997 avec les Britanniques de chez Williams et leurs compatriotes de chez Renault. Elf, également partenaire de Ligier depuis très longtemps, place plusieurs espoirs français au sein de l’équipe. Olivier Grouillard, « volant Elf « 81, Erik Comas en 84 ou encore Olivier Panis en 87 et dernier vainqueur français en F1.

Philippe_Alliot_1990

Le « Volant Elf » devient une vraie filière

1993 est une année charnière, le volant Elf devient une véritable filière avec la création de la « Filière Elf-FFSA ». L’école de pilotage s’installe au Mans et forme aussi bien des pilotes que des mécaniciens ou des ingénieurs. Stéphane Sarrazin est le premier champion de France Formule Campus issus de la Filière Elf-FFSA. Renault se retire une nouvelle fois de la F1 après les titres de Williams et Jacques Villeneuve en 1997. Elf fait également ses valises et se concentre une nouvelle fois sur sa filière.

formule-campus-elf

Jacques_Villeneuve_1996

Le pétrolier revient avec Renault en 2001 chez Benetton qui devient ensuite Renaulf F1 Team en 2002. L’union de Renault et Elf, avec Fernando Alonso au volant, donnera deux titres en 2005 et 2006. Elf et Renault facilitent l’arrivée en F1 comme pilotes essayeur de Franck Montagny, Jonathan Cochet ou encore Romain Grosjean. Le premier et le dernier deviendront titulaires en Formule 1.

800px-Alonso_US-GP_2004

Toujours présent en sport automobile

À la fin de la saison 2008, Elf tire sa révérence, le groupe Total-Fina-Elf ayant décidé de revoir l’implication des marques. Total pour le carburant remplace Elf sur les Renault, Elf se concentre sur les lubrifiants.

La fusion des pétroliers Elf-Total-Fina en 2000, puis l’ouverture de la filière en 2007 aux pilotes étrangers terminent la mutation du volant Elf né en 1971 en FFSA Academy en 2007.

Elf est aujourd’hui toujours présent via son département Elf compétition et fournit un soutien et lubrifiant à l’équipe Alpine-Signatech notamment en WEC.

alpine-signatech-elf

Publicités

Une réflexion au sujet de « L’aventure d’un pétrolier en F1 : Elf »

  1. Ping : Yardley Team en Formule 1, comme un parfum de succès | SportCar Passion | Autosport Network

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s