BRM, le champion tombé dans l’anonymat

BRM, pour British Racing Motors, est né de la volonté du pilote Anglais Raymond Mays de créer une écurie nationale, gérer et développer par ce que le sport automobile britannique fait de mieux.


Le projet collectif BRM début en F1 en 1950 pour quelques courses hors-championnat, les vrais débuts de l’écurie ont lieu l’année suivante lors du Grand Prix de Grande-Bretagne. BRM a conçu un étonnant moteur V16. Les débuts sont modestes mais prometteurs.

BRM quitte la F1 après la saison 1951, l’écurie écumera les pelotons de la Formule 2, l’écurie reviens en F1 en 1956 après avoir été rachetée par Alfred Owen. Le retour est difficile. Mais en 1959, Joakim Bonnier offre la première victoire à BRM. La consécration arrive en 1962, Graham Hill remporte le titre pilote et BRM celui des constructeurs.

BRM va demeurer dans la catégorie des Top teams pendant plusieurs saisons avant de commencer à sombrer au classement faute de budget suffisant. La lente agonie s’arrêtera après la saison 77, troisièmes saisons non classé pour BRM.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s