Avec Copersucar Fittipaldi Automotive le Brésil à son constructeur de F1

En 1975, Wilson Fittipaldi, pilote de F1 et frère aîné d’Emerson Fittipaldi, fonde l’écurie Fittipaldi Automotive après le second sacre de son frère en Formule 1. Le Brésil vibre au son de la F1, Wilson également pilote réuni plusieurs entreprises brésiliennes autour de son projet de créer le premier constructeur de F1 du Brésil. Copersucar une société brésilienne spécialisée dans l’alcool et le sucre devient le sponsor titre de l’équipe Fittipaldi Automotive renommée Copersucar-Fittipaldi.

L’ère Copersucar-Fittipaldi

Pour la saison 1975, le patron Wilson Fittipaldi sera également au volant de la Copersucar FD01 conçu par Richard Divila, puis de la FD02 plus conventionnel que sa devancière. Il cédera son volant à Arturo Merzario en fin de saison, ce dernier sera au volant de la FD03.

Fittipaldi_FD-01_with_Wilson_2007

La FD01 à moteur Ford-Cosworth DFR était innovante avec des prises d’air totalement différente de la concurrence et un aileron arrière très bas. Mais très vite, la conception de la FD02, toujours avec un moteur Ford, est lancée afin de revenir à une voiture plus conventionnel par rapport à la concurrence et ainsi se rapprocher d’eux. La FD01 étant trop compliquée à développer pour une petite structure indépendante. La FD03 arrivée en fin de saison est une évolution de la FD02.

Avec une 10e place au Grand Prix des États-Unis, la première saison de l’équipe brésilienne se termine sans un seul point marqué. Wilson met un terme à sa carrière de pilote pour se concentrer sur la gestion de l’équipe. Son frère, Emerson, double champion du monde arrive dans l’équipe ainsi que leur compatriote Ingo Hoffmann comme second pilote pour la saison 76. Hoffmann ne se qualifiera qu’au Grand Prix du Brésil avec l’ancienne FD03. Emerson au volant de la nouvelle FD04 fait un début de saison très encourageant avec une 6e place à Long Beach, marquant le premier point de l’équipe, il récidive à Monaco.

Copersucar_FD04_1976

Copersucar-Fittipaldi aligne pour Emerson et Ingo Hoffman deux FD04 en 1977, la nouvelle F5 à effet de sol n’étant pas encore prête. Elle est conçue par Dave Baldwin et Giacomo Caliri. Emerson termine 4e en Argentine, puis au Brésil dans la ferveur populaire. Hoffmann lui peine toujours à se qualifier. La F5 arrive en Belgique pour Emerson et connaît quelques soucis de jeunesse, le pilote revenant à la FD04 pour la course suivant en Suède. Emerson reprend le volant de la F5 en France, Hoffmann conservant la FD04. Le double champion du monde termine 4e aux Pays-Bas avec la nouvelle F5. Avec 11 points marqués par Emerson, Copersucar-Fittipaldi termine 9e du championnat constructeur 1977.

Fittipaldi Automotive ne lâche rien

Après la perte de la commandite Copersucar, l’écurie prend le nom de Fittipaldi Automotive en course pour la saison 1978. Copersucar reste néanmoins sponsor de l’équipe. Avec des finances moindres et devant les résultats décevant d’Hoffmann, Wilson Fittipaldi prend la décision de n’engager que son frère pour 78. La F5 reçoit un coup de « jeune » avec une version B. Malgré des finances plus faible, une seul voiture la F5A simple évolution de la voiture de 1977, Fittipaldi Automotive réussira sa meilleure saison. La voiture, totalement fiable, permet à Emerson de terminer 2e au Brésil et dans les points presque à chaque Grand Prix. Avec 17 points, l’équipe se classe 7e du championnat.

La saison 1979 débute avec Emerson au volant de la F5A, il termine 6e et marque un point dès le début de la saison avec une voiture qui commence à dater. Ralph Bellamy, le nouveau directeur technique, termine la nouvelle F6 pour le second Grand Prix en Afrique du Sud. La voiture est un rater complet, Emerson Fittipaldi ne se classant que 13e en course et demande à ne plus jamais conduire cette voiture. Il reprend donc le volant de la F5A pour les courses suivantes et Bellamy travail sur une version B de sa F6. Avec l’ancienne voiture, Emerson termine à la porte des points la voiture n’étant plus assez performante pour terminer dans les 6e premier. La F6A est enfin prête pour l’Allemagne, plus facile à conduire que la F6 elle est hélas très fragile. Les trois premières course de la F6A se solde par trois abandons. Quand la voiture devient fiable, la saison touche à sa fin, l’équipe engage néanmoins le jeune brésilien Alex Ribeiro aux côtés de Fittipaldi pour les dernières courses. Ce dernier ne se qualifiera jamais et Emerson ne marquera aucun point. Avec l’unique point marqué lors du premier Grand Prix de la saison au Brésil l’équipe chute au classement constructeur en 12e position.

Dans le rouge financièrement fin 79, Fittipaldi Automotive cherche des « alliés » pour 1980. Wilson et Emerson en trouve un, l’écurie Wolf qui cède tout son matériel aux Brésiliens en décidant de se retirer de la Formule 1. Arrive avec « Wolf » Keke Rosberg pour seconder Emerson en course. Un sponsor titre arrive également, Skol. Harvey Postlethwaite qui a conçu la Wolf WR9 pour 79 est aussi arrivée au sein de l’équipe. La WR9 devient la Fittipaldi F7. Keke Rosberg signe un podium en Argentine course inaugural de la saison. Les deux Fittipaldi-Wolf F7 sont souvent reléguées en fond de grille, Rosberg signant en revanche de meilleurs chronos qu’Emerson. L’illustre pilote brésilien termine 3e aux Etats-Unis et 6e à Monaco avec la F7. Pour le Grand Prix de Grande-Bretagne l’équipe abandonne la F7 Fittipaldi-Wolf pour une toute nouvelle F8 mise en chantier en début de saison par Postlethwaite. La voiture est plus performante, de nouveaux points sont inscrit par Rosberg. Skol Fittipaldi Automotive avec 11 points termine 7e du championnat égalisant son meilleur résultat de 78.

Fittipaldi_F8_Rosberg_v_EMS

Pour 1981, Skol est parti, Copersucar aussi, Emerson décide d’épauler son frère à la direction de l’équipe, Rosberg sera secondé par le brésilien Chico Serra. Sans sponsor titre les finances de l’équipe plonge. Dans ces conditions, la F8 de la saison passée est mise à niveau pour devenir la F8C. A son volant aucun des deux pilotes ne marquera le moindre point et l’équipe aligne 13 non-qualifications. Serra donnera à l’équipe son meilleur résultat pour 81 une 7e place à la porte des points. La saison est un enfer, la voiture arbore une livrée blanche quasi-vierge de tout sponsor, un différent avec Michelin contraint l’équipe en court de saison à recourir aux pneus Avon, puis Pirelli.

À la fin de cette saison compliquée Keke Rosberg décide de quitter l’écurie et se retrouve sans volant, il signera finalement chez Williams pour 82. Les résultats de la saison 1981 catastrophique n’aide pas à trouver des partenaires, malgré tout Petrobras et Brasilinvest deux entreprises brésiliennes viennent au secours des Fittipaldi. Postlethwaite toujours fidèle à Fittipaldi conçoit la F8D simple évolution de la F8C. Chico Serra est conservé et sera l’unique pilote de l’écurie pour la saison 1982, Fittipaldi Automotive choisissant de faire l’économie d’une deuxième voiture. Suite à la disqualification de Lauda en Belgique, Serra hérite de la 6e place et inscrit le premier point de l’équipe en deux ans. Ce sera l’unique point marqué de la saison, Serra terminant une nouvelle fois 7e en Autriche. Malgré l’arrivée de la F9, œuvre de Richard Divila et Tim Wright, la situation n’évolue pas.

Devant cette situation sportive bien faible, des finances qui vire au noir, Wilson et Emerson décide de mettre un terme à l’aventure Fittipaldi Automotive à la fin de la saison 1982. Copersucar-Fittipaldi a disputé un total de 103 Grand Prix, inscrit 44 points, décroché 3 podiums. L’écurie décrochera son meilleur classement en championnat en 1978, 7e.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Avec Copersucar Fittipaldi Automotive le Brésil à son constructeur de F1 »

  1. Ping : Wolf Racing de Williams à Fittipaldi | SportCar Passion | Autosport Network

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s